Florence Bellisson, Directrice de création au sein de l’agence BETC

Posté par: Matthieu Joëssel 16/10/2015

« A L’AVENIR, LE PAPIER SERA PLUS PRECIEUX, IL Y AURA  TOUJOURS DES ANNONCEURS QUI CHERCHERONT CET ECRIN »

Le rôle de la communication imprimée peut être plus au moins central. Restant un média cher, l'exigence reste d'autant plus forte. Si les moyens sont là, le canal est puissant. Curieusement, il reste chez les annonceurs une fixation, “key visual » qui dit tout. Le temps passé sur ce sujet parfois totalement disproportionné par rapport à d’autres prises de parole sur d’autres canaux. 
 

Les atouts du papier vs le digital. Le papier cristallise, il synthétise un message. Il devient rare dans nos vies, son toucher, le temps qu’il nous prend pour le feuilleter est plus long comparé à notre relation au digital, et au mobile. Le magazine, les quotidiens ont le mérite d’être choisis, c’est un avantage. À nous d’en faire le meilleur usage. Ce choix est plus intéressant s’il est le lieu du « statement » des marques, c’est pourquoi il est tant chéri par les marques de luxe. Il est moins le lieu du service, de la conversation.
 

L’efficacité de la communication imprimée. En général, elle passe par le prisme de nombreux critères. Tout dépend des objectifs que la marque s’était donnée. Pour ma part, si c’est intelligent et bien réalisé, le boulot doit être efficace.

Un impact universel ? Difficile de le dire, si l’on regarde les grands groupes de presse internationaux, on sent une uniformisation. Et a contrario, la culture locale reste l’élément différenciant, et heureusement.

Sauvegarder l’avenir du papier ? A l’avenir, il sera plus précieux. Il y aura toujours des annonceurs qui chercheront cet écrin. Prenez n’importe qu’elle image, elle est différemment perçue, sur du papier glacé, sur Instagram…

Rester créatif. La création print pâtit d’années et d’années d’histoire, donc le niveau créatif est d’autant plus difficile à atteindre. Le digital est un terrain de jeu nouveau, pollué de références. Sa progression et son avancée technologique nous surprenant chaque année. C’est expérimental. J’ai le sentiment que le print est un exercice extrêmement difficile et rigoureux, Il faut des très bons créatifs dessus.

Les annonces à l’origine de votre carrière ? Elles sont trop vieilles pour parler à nos lecteurs. Mais je suppose qu’il y a plus de dix ans les affiches Apple pour le lancement de l’iPod ont donné envie à certains de faire ce métier.

 


Source: Print Power Magazine - Printemps 2014