Brigitte Bizalion, Déléguée Générale du Syndicat des Editeurs de presse Magazine

Posté par: Matthieu Joëssel 07/03/2016

«  La presse mag permet d’inscrire une campagne dans la durée. Au bout d’un moment, la campagne entre dans l’esprit si la création le permet » 

Vous avez organisé en avril le 30e Grand Prix de la Publicité Presse Magazine, que récompense t-il ?
Certaines campagnes sont plus adaptées à la presse mag que d’autres. Pour ce qui concerne l’organisation du Grand Prix, les critères de sélection concernent l’originalité des créations, leur adéquation à la marque et leur capacité à véhiculer des messages à travers la presse magazine. La campagne L’Instant Chanel, qui obtient le Grand Prix cette année, propose diff érents visuels en side by side, qui révèlent un lien entre le corps de la femme et les aiguilles de la montre. Cette campagne fonctionnerait moins bien en TV ou affichage. Ce n’est pas la seule raison pour laquelle elle a eu le Grand Prix. C’est aussi parce qu’elle sort des codes de l’horlogerie et pour les photos exceptionnelles de Patrick Demarchelier.

Quels sont les atouts de la presse mag en terme de support publicitaire ?
Quand on fait une strat média, on a d’abord une cible à toucher, un message à faire passer et un budget. En fonction de ces critères, on choisit son ou ses médias. De vrais concepts publicitaires de marque ont été imposés en presse magazine, comme en témoigne le Prix spécial 30 ans attribué à la campagne Air France de 2001 « Faire du ciel le plus bel endroit de la terre ». En presse mag, on a le temps de se poser. La publicité ne nous est pas imposée comme dans d’autres médias, en TV par exemple. Ensuite, la presse mag permet d’inscrire une campagne dans la durée. Au bout d’un moment, la campagne entre dans l’esprit si la création le permet. Si BETC est pour la 8e fois Agence de l’année, c’est qu’elle sait développer des campagnes presse très pertinentes sur des secteurs très différents.

Et en terme d’audience ?
Dans un magazine, le contenu m’amène à avoir un profi l d’audience avec lequel la publicité entre en lien. Elle permet de cibler des communautés d’individus. Il ne s’agit pas seulement de GRP, de répétition et de couverture, je sais que ma campagne va s’installer en cohérence avec une audience. Ce n’est pas seulement sa puissance qui rend la presse mag intéressante, c’est sa capacité à toucher une cible.

Comment se joue la complémentarité entre print et digital ? 
Avec le digital, le marché s’est segmenté. Les campagnes internet sont de plus en plus incluses. Il peut s’agir de campagnes dédiées aux titres de presse magazine, ou pas. Mais les annonceurs voient de plus en plus les marques magazines comme des écosystèmes. Il y a les lecteurs qui demeurent sur le papier, ceux qui lisent leurs titres sur ordinateur, tablette ou mobile, et il y a ceux qui font les deux. Comment toucher les uns et les autres et la communauté de ceux qui font les deux à la fois ? Les campagnes sont de plus en plus perméables au contexte où elles sont diffusées.


Source: Print Power magazine - printemps 2015